Curiosités

Il semblerait que le zèbre en soit souvent affecté à son insu.

Une synesthésie, c’est la faculté de mélanger deux sens dans la perception du monde qui nous entoure. La plus connue, parce que la plus répandue, est la perception en couleur des chiffres ou des lettres, parfois seulement les voyelles , dite « graphème-couleur »
Synesthésie popularisée par Arthur Rimbaud dans son poème « Voyelles ».
D’autres formes de synesthésie existent, on en recense une soixantaine, dont la plupart mélange deux des cinq sens.

  • « personnification ordinale-linguistique » : le fait d’affecter un caractère aux chiffres et aux lettres : méchant/gentil, doux/rugueux, féminin/masculin…
  • « numérique » : percevoir dans l’espace des unités de mesure : chiffres, jours, semaines…

Pour d’autres les notes de musique vont être associées à une couleur ou une texture( tissus, papiers).

La synesthésie est un mécanisme neuronal involontaire et automatique ?
Chaque synesthète a son encodage propre, arbitraire et non systématique.
Cette « anomalie » génétique, si elle ne semble pas avoir d’utilité particulière, se retrouve très fréquemment chez la population à haut potentiel.
Phénomène qui semble dénué de sens si ce n’est poétique…

Gaucher et surdoué

On retrouve un très grand nombre de gauchers chez les surdoués, ce qui est à interroger et à étudier.
Un travail statistique en cours, montre un pourcentage de gaucher chez les surdoués estimés à environ 40-50%.

Les membres de l’association MENSA (association à laquelle on ne peut adhérer que si les test révèlent un QI supérieur à 135) font le même constat auprès de leurs adhérents.
Alors que le pourcentage de gauchers dans la population française n’est que de 12,7%, soit 1/8ème.

Les gauchers représentent à eux seuls presque la moitié des surdoués.
Ce qui amènerait, 15 à 20 % des gauchers à être haut potentiel contre 2 à 3 % des droitiers.