Reconnaître un zèbre

Les points de reconnaisances

  • Raisonnement global, intuitif: prend en compte les éléments de manière globale et non de manière séquentielle.
  • Une manière particulière de raisonner : il suffit de laisser mûrir un projet et la solution vient d’elle-même, bien souvent sans pouvoir l’expliquer et encore moins la justifier.
  • Très bonne mémoire.
  • Lecture régulière
  • Vocabulaire important.
  • Hypersensible.
  • Sens plus développés, notamment odeurs et sons.
  • Grande ouverture d’esprit assortie d’une grande curiosité, s’intéresse à différents domaines, touche à tout.
  • Besoin de mener plusieurs projets de front sinon s’étiole, c’est là qu’il est le plus efficace.
  • Recherche souvent la compagnie de personnes plus âgées, correspondant à sa plus grande maturité.
  • Montre une capacité de travail et de persévérance très importante lorsque le sujet l’intéresse. Sinon ne fait pas.
  • Sens de l’humour particulier souvent caustique.
  • Idées en avance sur son temps; frustré devant l’incompréhension des autres.
  • Grand sens moral : justice, compassion, altruisme, idéalisme.
  • Imagination débordante, toujours pleins de projets sur le feu.

Comment reconnaître un zèbre ? Ben il est rayé, pardi !!!

 


Des contreparties douloureuses

 

Le scolaire
Ennui entraînant un désintérêt pouvant amener à l’échec scolaire. Une sainte horreur de la répétition, les réponses fusent mais elles ne sont ni justifiées ni argumentées, ce qui passe inaperçu en primaire, conduit à la sortie de route si fréquente des hauts potentiels, au collège ou au lycée. Inorganisé, écriture illisible (surtout les garçons), manque de soins des cahiers, géométrie approximative.

Une faible estime de soi
Liée à la non connaissance de sa différence et de son fonctionnement, « hors norme cherchant à rentrer dans la norme » ou différence connue mais pas acceptée. Il est en sur-adaptation permanente. Sentiment d’échec ou d’incapacité devant le non aboutissement des projets.

Une extrême lucidité
Focalise particulièrement sur les défauts et empêche de voir les qualités et les atouts.

Perfectionniste
Peur de l’échec et doute permanent pouvant entraîner une certaine lenteur.

Incompréhension du fonctionnement des autres et vice-versa
Centre d’intérêts décalés. Passions dévorantes et envahissant la relation aux autres. Victime de harcèlement. Isolé. En grande difficulté avec le groupe, préfère la relation duale.

Hypersensibilité
Tout est vécu avec une intensité maximum. Très jeune,il a des questions existentielles, la mort, le sens de la vie, l’immortalité, la religion, la philosophie, la fin du monde sujets bien lourds pour leurs jeunes épaules. Susceptible, tout est analysé et réinterprété.

Sommeil
Endormissement demandant parfois plusieurs heures, le cerveau ne « débranche » pas.. Cauchemars. Enfants terrorisés à l’idée d’être seul la nuit, squatte souvent le lit parental.

Comportements addictifs
Boulimie ou anorexie. Drogues et Alcools. Usage compulsif de l’ordinateur. Investissement professionnel démesuré.

 


Une origine multifactorielle

 

Neurophysiologie
Dominance de l’hémisphère droit d’où un raisonnement global et une pensée en arborescence, en opposition à la norme qui fonctionne en cerveau gauche, en mode séquentiel. Un influx nerveux circulant plus rapidement.

Génétique
Facteurs génétiques, on trouve des familles de “ zèbres.”

Culturelle
On retrouve des zèbres dans toutes les couches de la population, mais leur épanouissement peut différer en fonction de la capacité d’enrichissement du milieu d’origine, parental mais aussi scolaire. Dans une ZEP, les zèbres, plus que partout ailleurs, vont par un « effet pygmalion négatif » se conformer aux croyances des enseignants, de l’efficience et des capacités de leurs élèves.

 


BABI ou bébé à haut potentiel ?

 

les BABI ou Bébé Aux Besoins Intenses comme les décrits le docteurs Sears sont des bébés présentant les caractéristiques suivantes :

  • Hypersensibilité
  • Expression forte des émotions (pleurs, protestations, rires, ,,,)
  • Ce sont des bébés qui épuisent leur parents
  • Besoin de contact physique (demande les bras tout le temps, on ne peut pas les « poser »
  • mais paradoxalement n’aime pas le contact physique intime (se blottir), besoin d’être « face au monde », de voir le monde
  • Besoin de succion constant
  • Récupération très rapide, ces enfants dorment très peu

Ces caractéristiques vous semblent familières ?

Bien sûr, la question qui nous vient à l’esprit est « les BABI ne seraient-il pas tout simplement des bébés à haut potentiel ? »
Cela y ressemble en effet à se méprendre et sur la toile la question est mainte fois soulevée ! Identifier le mode de fonctionnement de nos enfants ne nous donne certes pas toutes les clefs mais cela nous aide à mieux les comprendre et à nous adapter au mieux pour bien être et leur bon développement.
Il ne s’agit pas de les « mettre dans une case » dès leur plus jeune âge mais de s’interroger.
Cela permet aussi de déculpabiliser nombre de parents « perdus » face à ces enfants déroutants et peut les aider à prendre du recul face à toutes les réflexions/conseils avisés qui nous laissent penser que nous sommes de mauvais parents qui faisons de nos enfants des enfants capricieux et malheureux !
Monique De Kermadec et Sophie Carquain dans Le petit surdoué de 6 mois à 6 ans confirme que le surdon est bel et bien présent dès le berceau
« La précocité n’apparaît pas d’un coup de baguette magique le jour de la rentrée des classes en CP » assure Sophie Carquain.

«Il y a une grande part de génétique dans l’intelligence, confirme Monique de Kermadec. Bien sûr, elle est favorisée par le contexte dans lequel l’enfant évolue » En toute logique certains signes peuvent donc dès le plus jeune age mettre la puce à l’oreille ! Le cerveau du bébé surdoué bouillonne déjà et ça se voit, voici des signes qui en témoignent d’après les deux auteures.

  • Le bébé surdoué « scrute » le monde qui l’entoure, c’est un enfant qui observe !
  • Le bébé surdoué a également les sens déjà très développés : Ouïe, vue, odorat: chez le bébé surdoué, tous les sens sont en alerte. (Le moindre bruit, la plus petite lumière, une odeur inhabituelle : tout les interpelle.). Le bébé surdoué est un bébé hypersensible et hyperémotif. Le bébé surdoué est très exigeant et ne supporte pas d’attendre. Tout doit lui parvenir dans la minute : le biberon, le doudou, la tétine… Bébé tyran ? Non. C’est juste que, dans sa tête, tout va « à toute allure ». Et le décalage entre la rapidité de sa pensée et la lenteur de l’exécution lui est insupportable. Dans la vie, ça doit aller aussi vite que dans sa tête !
  • Le bébé surdoué est un petit dormeur, dès sa naissance, il présente des phases d’éveil plus longues que les autres enfants . Mais surtout, le bébé surdoué est très difficile a coucher et souvent ne peut s’endormir seul. Et quand il dort enfin, tout n’est pas gagné pour autant puisqu’il se réveille souvent, plusieurs fois par nuit sans pouvoir se rendormir seul.
  • Le bébé surdoué est souvent en avance dans son développement moteur. Il s’assoit à 6 mois, marche tôt.. Très tonique, il passe souvent de la position assise à la marche sans passer par la case « quatre pattes ».
  • Le bébé surdoué parle souvent tôt et bien. Comme il a l’ouïe très fine, il est capable de reproduire n’importe quel son. Et avec sa mémoire prodigieuse, il retient tous les mots qu’il entend. C’est ainsi qu’à 1 an, certains petits surdoués sont capables de prononcer 3 ou 4 mots à la suite. «Attention, ce n’est pas une règle, précise Monique de Kermadec. Tous les petits surdoués ne parlent pas à 1 an. Certains restent même mutiques jusqu’à 2 ans, au grand dam de leurs parents. Mais le jour où ils ouvrent la bouche, ils prononcent une phrase avec sujet/verbe/ complément ! Avant de se mettre à parler, ils ont pris le temps d’intégrer les mécanismes du langage. »